El Ejido

De plus en plus de réfugiés et de migrants débarquent sur la côte du sud de l’Espagne. En risquant la mort ils ont traversé la Méditerranée. A leur arrivée ils ne trouvent pas d’hospitalité mais l’esclavage moderne. Des milliers d’entre eux sont exploités pour un salaire de misère dans la mer de plastique d’Almeria ou dans les champs de fraises à Huelva. Cela concerne aussi des personnes d'Europe de l’Est et les Espagnols les plus pauvres. Le petit syndicat andalou des ouvriers agricoles SOC-SAT s’engage depuis des années pour les plus défavorisés – autochtones et migrants. Trois bureaux d’accueil à Almería, Nijar et El Ejido proposent un soutien juridique et humain. Nos amis sont sollicités à outrance en ce moment. Ils doivent fournir un effort supplémentaire en énergie, temps et argent pour pouvoir aider toutes et tous.

En plus, le syndicat a révélé un nouveau scandale. Grâce à nos amis, dix femmes marocaines ont surmonté leur peur et ont porté plainte contre leurs supérieurs pour des harcèlements et violences sexuelles. Peu après, quatre cueilleuses de fraises espagnoles se sont jointes à elles. Beaucoup d'ouvrières agricoles sont harcelées par leurs patrons et ensuite intimidées. Ce qui était jusqu’à présent étouffé sous un silence de plomb, est mis au grand jour par ces femmes courageuses. Et c’est évident qu’il s’agit seulement de la pointe d’un iceberg.

Nous souhaitons aider davantage de femmes à mener des procès contre leurs bourreaux. C’est la seule possibilité pour combattre et endiguer ce fléau. Nous voulons mettre à disposition tous les moyens nécessaires pour élargir cette initiative du SOC-SAT.

Nous vous remercions pour votre aide et votre solidarité !

Rapport de la délégation à El Ejido

Pour une agriculture solidaire. Résistance au plat du jour

de Raymond Gétaz, 14 févr. 2020

Communiqué de presse du mardi 11 février 2020

Les 7 et 8 février, c’est en souvenir des émeutes racistes contre des ouvrier-e-s agricoles marocain-e-s de février 2000 à El Ejido qu’ont eu lieu, au centre culturel Progr à Berne, les « Assises pour une agriculture solidaire – Résistance au plat du jour » . Plus de deux cent personnes y ont participé, parmi elles des...

FRANCE: Rencontre de La Via Campesina

de Emile Loison, Membre de la commission femmes de la Via Campesina et porte-parole de la Confédération paysanne (13), 1 févr. 2020, publié à Archipel 289

Début décembre, une quinzaine de militant·es d’organisations membres de La Via Campesina et de collectifs et syndicats alliés se sont retrouvé·es dans les Bouches-du-Rhône, en France. Durant quelques jours illes ont échangé et lutté pour défendre les droits des travailleurs et travailleuses de la terre, déplacé·es, exploité·es, humilié·es et dont les droits ne sont pas...

Résistance au plat du jour!

de Raymond Gétaz, FCE, 9 déc. 2019, publié à Archipel 287

Que pouvons-nous faire ici pour lutter contre l’industrialisation galopante de l’agriculture? Celle-ci détruit la nature et l’environnement, dérègle le climat et se poursuit au détriment des personnes qui travaillent dans les campagnes. Cette évolution dévastatrice se traduit par l’exode rural, l’agonie de la petite agriculture, la vente de terres fertiles à des multinationales, la...

ANDALOUSIE: Grève dans les serres

de Dorothea Hellenthal, Junge Welt, 10 sept. 2019, publié à Archipel 285

Depuis début septembre 2019, les ouvriers et ouvrières agricoles de la production maraîchère andalouse sont en grève pour lutter contre les conditions de travail inhumaines dans les serres. L’action collective était toujours en cours au moment de la mise en page.

Tôt le lundi matin 9 septembre, 30 travailleur·euses se réunissent devant la porte d’une serre en plastique clôturée à...

SÜDSPANIEN: Landbesetzungen in Andalusien

de Federico Pacheco, SOC-SAT, 6 août 2017, publié à Archipel 261

Die Besetzungen von zwei brachliegenden landwirtschaftlichen Betrieben, einer davon bereits Eigentum einer Bank, der andere noch im Besitz der öffentlichen Hand, aber in Privatisierung begriffen, geben dem andalusischen Beispiel von der Wiederaneignung unserer Lebensgrundlagen neuen Schwung.

Am 1. April 2017 organisierte die andalusische Gewerkschaft SOC-SAT ein Treffen in Jaén, um...

ESPAGNE: La dernière chose que l’on perd

de Inaki Mendialdua Pinedo, 6 sept. 2016, publié à Archipel 250

Chez moi, il existe un proverbe que nous avons l’habitude de répéter et qui dit: «La esperanza es lo ultimo que se pierde» (L’espoir est la dernière chose que nous perdons). Quand on m’a demandé d’écrire un article sur la situation actuelle, des luttes que les camarades du SOC/SAT (Syndicat des Ouvriers du Champ / Syndicat Andalou des Travailleurs) portent, je me suis dit que ce serait un...