El Ejido

De plus en plus de réfugiés et de migrants débarquent sur la côte du sud de l’Espagne. En risquant la mort ils ont traversé la Méditerranée. A leur arrivée ils ne trouvent pas d’hospitalité mais l’esclavage moderne. Des milliers d’entre eux sont exploités pour un salaire de misère dans la mer de plastique d’Almeria ou dans les champs de fraises à Huelva. Cela concerne aussi des personnes d'Europe de l’Est et les Espagnols les plus pauvres. Le petit syndicat andalou des ouvriers agricoles SOC-SAT s’engage depuis des années pour les plus défavorisés – autochtones et migrants. Trois bureaux d’accueil à Almería, Nijar et El Ejido proposent un soutien juridique et humain. Nos amis sont sollicités à outrance en ce moment. Ils doivent fournir un effort supplémentaire en énergie, temps et argent pour pouvoir aider toutes et tous.

En plus, le syndicat a révélé un nouveau scandale. Grâce à nos amis, dix femmes marocaines ont surmonté leur peur et ont porté plainte contre leurs supérieurs pour des harcèlements et violences sexuelles. Peu après, quatre cueilleuses de fraises espagnoles se sont jointes à elles. Beaucoup d'ouvrières agricoles sont harcelées par leurs patrons et ensuite intimidées. Ce qui était jusqu’à présent étouffé sous un silence de plomb, est mis au grand jour par ces femmes courageuses. Et c’est évident qu’il s’agit seulement de la pointe d’un iceberg.

Nous souhaitons aider davantage de femmes à mener des procès contre leurs bourreaux. C’est la seule possibilité pour combattre et endiguer ce fléau. Nous voulons mettre à disposition tous les moyens nécessaires pour élargir cette initiative du SOC-SAT.

Nous vous remercions pour votre aide et votre solidarité !

Rapport de la délégation à El Ejido